VIE DU MOUVEMENT

La vie du mouvement est rythmée chaque année par un temps fort, en alternance la rencontre nationale et l’année suivante les rencontres régionales.

La carte des rencontres régionales 2017:

Rencontres Régionales des équipes Partage et Rencontre 2017

Rencontre régionale « Rhône Alpes » 2017 au MONASTERE DES SŒURS DE BETHLEEM. 

 Monastère Notre Dame de L’unité. Route des Corbières. 73100 PUGNY CHATENOD

En ce dix huit juin, à l’aube de l’été, nous sommes retrouvés dans un cadre champêtre à 700m d’altitude, entre le Mont Revard, et le Lac du Bourget. Au monastère des sœurs de Bethleem, dans ce lieu de prières porteur de spiritualité et emprunt de sérénité.

C’est donc, par cette belle journée ensoleillée, que trois équipes sur cinq se sont retrouvées dans la joie. Nous étions 17 personnes. Un couple d’une équipe de Chambéry nous a rejoint pour la messe de 11 heures célébrée par le Père Jacquard. La liturgie s’inspire de la liturgie orthodoxe et les chants sont de tradition orientale. Les chœurs des Moniales, avec leurs voix cristallines, hors du temps, nous ont aidés à prier.

Nous avions choisi comme thème « ACCROCHE TA VIE A UNE ETOILE » titre d’un ouvrage du prêtre et écrivain Stan ROUGIER.

Dans cet ouvrage, il nous invite tous à découvrir notre étoile avec, pour seul souci d’actualiser l’Evangile en terme de vie et d’éclairer la vie en terme d’Evangile. Sœur Solange et Sœur Odilia nous ont apporté le témoignage de la naissance de leur vocation. Puis Hervé membre d’équipe de Chambéry nous a raconté son expérience en tant que bénévole auprès des prisonniers de la Maison d’Arrêt de Chambéry.

Sœur Solange : Neuvième d’une fratrie de treize, elle vivait dans une famille très religieuse, et c’est à l’âge de six ans quelle se sent appelé par Dieu a travers, la lecture d’un livre que lui lisait sa tante. « Je reviens de l’enfer » relatant l’histoire des rescapés des camps de concentration sauvés par les Carmélites. Toute petite donc, elle voulait rentrer au Carmel. Elle a gardé cet appel en elle. Elle a passé une licence de lettre. Jeune fille, lors d’un passage à Lourdes avec sa famille, elle va toute seule frapper à la porte de Carmel de Lourdes pour prendre des renseignements. Plus tard elle rentre dans ce Carmel de Lourdes, mais de santé fragile, la vie au Carmel est trop rude pour elle. Ses supérieurs lui disent qu’elle ne pourra pas devenir Carmélite. Lors d’une rencontre avec un de ses professeurs de Faculté, celui-ci lui parle de la Communauté des sœurs de Bethleem. Elle s’y rend au dessus de Moutiers. Et, là, les conditions de vie étant moins drastiques elle s’épanouie dans ce cadre et prononce ses vœux perpétuels.

Voici le témoignage de sœur Odilia, aujourd’hui Prieure du monastère.Née en Alsace, ce n’est qu’à 27 ans quelle a eu la révélation de Dieu.A l’âge de dix huit ans, elle part au Gabon pour enseigner.A 21 ans, elle rentre en France pour exercer la profession d’éducatrice auprès d’adolescents perturbés.Elle organise un voyage en Inde car elle voulait « connaitre l’homme dans son humanité ».Mais elle ne partira jamais en Inde, car dit elle « le Seigneur m’a retenue ». Elle travaille, un an, en pneumologie. Puis fait un essai dans un monastère en juillet 1973 et rentre en novembre 1973. Enfin elle est au monastère de Bethleem depuis 1984.Elle évoque les règles de vie du monastère : le rythme des offices, des prières. Elle souligne la spécificité des sœurs de Bethleem : vocation d’accueil et ouverture aux pèlerins.

C’est une vie contemplative dans la solitude mais cependant les moniales sont ouvertes sur le monde en lisant les journaux « La Croix » et « le Monde ».

Hervé : Médecin de l’Hôpital, à la retraite depuis peu, nous livre comment il est devenu bénévole auprès des prisonniers à la Maison d’Arrêt de Chambéry.A la sortie de la messe, il rencontre une ancienne cadre de santé avec qui il avait travaillé.Pour répondre à sa recherche d’occupation, elle lui propose de les rejoindre dans l’équipe de bénévole de la Maison d’Arrêt. Hervé prend cela comme un signe que Dieu lui fait, et malgré toutes ses craintes il s’engage.C’est un chemin d’humilité.C’est un milieu de violence, un monde fermé.Malgré les violences internes il se passe de temps en temps de belles choses.

Chacun a écouté attentivement chaque témoignage et nous avons pu échanger avec les sœurs et Hervé. Cette journée nous a enrichis, nous sommes repartis requinqués.

Pour l’équipe Régionale

FICHE – Fichier gestion membres