Méditation du « Notre Père »

 

Le Notre Père en 150 langues : église du Pater Noster au Mont des Oliviers à Jérusalem
Le Notre Père en 150 langues : église du Pater Noster au Mont des Oliviers à Jérusalem

Notre Père

Quand je te prie, toi mon Dieu, je te dis : Abba, mon père ou même papa

Qui es aux cieux

Toi que nos traditions anciennes désignent respectueusement ainsi, tu habites ta création toute entière. Tu habites notamment au cœur de tous les croyants qui te prient en Eglise avec les mots même du Christ ton fils.

Mais, aujourd’hui, je te retrouve à la porte de mon cœur et de mon intelligence et je veux t’accueillir en moi.

Que ton nom soit sanctifié

Toi que je proclame le très saint.

Que ton règne vienne

Tes apôtres m’ont transmis ton invitation à entrer dans « le royaume de Dieu ». Donne-moi dès ici et maintenant de me rapprocher de toi, afin d’entrer dans ce royaume de paix et de joie profonde.

Que ta volonté soit faite sur terre comme au ciel

Dans ta bonne nouvelle, tu m’indiques la « règle du jeu ». Alors, ouvre mon cœur à l’intelligence de ton évangile pour que tous les jours je me rapproche de toi et de ta promesse.

Donne-moi aujourd’hui mon pain de ce jour

Epargne-moi, épargne aux miens et au monde le tourment de la faim. Aide-moi à organiser ma vie avec simplicité, pour me libérer du souci du lendemain. Et ouvre mon cœur à ta parole qui m’est nourriture quotidienne.

Pardonne-moi mes offenses comme je pardonne à ceux qui m’ont offensé

Mes fautes m’oppressent et m’emprisonnent. Libère moi de ces chaines, même et surtout lorsque le pardon m’est difficile. Ramène-moi à la liberté des enfants de Dieu pour que je retrouve confiance en moi et fasse fructifier les dons que tu m’as donnés.

Ne me soumets pas à la tentation et délivre-moi du mal

Secoure moi devant la tentation, car je suis plein de faiblesses et j’ai besoin du souffle de ton esprit pour résister.

Délivre-moi du malin et de son emprise. Il guette mes fautes et m’emprisonne loin de toi. J’ai trop besoin de ta liberté ; elle est source de vie ; elle est source pour ma vie.

Car c’est à toi qu’appartiennent le Règne, la Puissance et la Gloire

Oui Seigneur, l’incroyant veut prendre ta place et vivre sans toi ; comme ADAM et ÈVE, il se tourne vers le néant et la mort.

Moi qui te crains*, je reconnais ta toute puissance. Je me fie à ta parole, j’apprends de toi ce qui est Bien et Mal et découvre en toi le sens de ma vie.

Méditation d’une équipe des Coteaux – Mulhouse 2014-08-15

 

* Craindre Dieu au sens biblique : expression complexe pour exprimer la relation du croyant à Dieu; à la fois,

. Aimer et servir Dieu dans la foi et la fidélité

. Avoir une attitude d’humilité et reconnaître en Dieu la source de tout bien

. Avoir une confiance étonnée, vigilante de ce que Dieu est à l’œuvre chez le croyant

 

Extraits de la lettre de Taizé 2004/4