Notre histoire

Notre histoire

Il n’y a pas si longtemps la mixité « n’existait pas dans notre Eglise » ; les femmes étaient d’un côté et les hommes de l’autre… Quant au clergé il ne situait ni d’un côté ni de l’autre…

Il y avait des mouvements spécialisés et les autres, c’est-à-dire les mouvements d’Action Catholique Générale et parmi eux : l’ACGF (Action Catholique Générale  Féminine) et l’ACGH pour les hommes.

C’est en 1966 que ces deux mouvements sont témoins d’un phénomène nouveau : les hommes et les femmes ont de plus ne plus tendance à se rapprocher et ils constatent l’existence de multiples équipes composées de couples ayant un lien avec leur mouvement ou non ; ces dernières sont appelées « équipes sauvages » !

C’est sous l’impulsion de l’ACGF qu’une réflexion aboutit à la création en 1970 de l’ACG Foyers. Le mouvement propose à ceux qui le désirent « de se réunir sans a priori, de s’accepter dans leur diversité et de partager leur vie. Ouverte à tout chrétien, toute situation, toute forme de témoignages et d’engagement, l’ACG Foyers est vécue à partir d’une équipe de foyers ».

Le mouvement insiste sur « le souci de souplesse, spontanéité, de diversité interne, de liberté d’allure et de recherche ».

1973 : Naissance officielle de Partage et rencontre (J.O. du 5.12.73). L’ACG Foyers n’existe plus, le mouvement se détache de la tutelle de l’ACGF qui continuera tout de même à l’aider et de l’ACGH qui suscitera la création d’un autre mouvement, VEA.

1974 : Premières assises de Partage et Rencontre à Charenton-le-Pont.

1976 : Première rencontre nationale de partage et Rencontre à Fontenay-sous-Bois.

1978 : Nouvelle rencontre nationale à Bièvres qui permet de privilégier les régions à travers leurs correspondants.

1980 : Jean Debruynne, prêtre accompagnateur intègre l’équipe nationale et c’est à la rencontre  « FIAPAD 80 » que tous les correspondants régionaux sont invités.

1982-84… Tous les deux ans une rencontre nationale permet de réunir 500 à 600 personnes.

2002 : Rencontre nationale à La Pommeraye (49) : Jean Debruynne passe le relais à Emmanuel Rouillard, dominicain. Jean-Paul Bouland puis Pierre Pradelles lui succèdent comme aumônier national.

De 1974 à nos jours les équipes nationales se succèdent avec le même souci d’être au service du mouvement et à l’écoute des équipes.